lundi 5 novembre 2007

La nouvelle question scolaire. Les bénéfices de la démocratisation



La nouvelle question scolaire. Les bénéfices de la démocratisation

par Eric Maurin

Ed. du Seuil, 2007, 270 p., 19 euros

2 commentaires:

les echovores a dit…

Un livre qui permet de repenser en profondeur les relations entre l'éducation et l'économie.
Un livre claire, agréable à lire (mise à part l'intro)
Définitions expliquées le long du texte, un travail précis, beaucoup de chiffres, de tableaux. Structure en trois parties pour en arriver à la conclusion: l'éducation fait-elle le bonheur?
Un plan clair et détaillé: l'âge du collège unique; la démocratisation aux portes de l'emploi et les nouveaux défis de la démocratisation scolaire.
Livre à la fois sur l'histoire, sociologie, économie et politique.
Concerne les ados ce qui le rend plus accéssible que d'autres voire plus interssant!
Comparaison avec autres systèmes scolaires: celui allemand et autrichien plus selectif que le français mais ce dernier pplus fermé, plus inégal que les systèmes suédois et finlandais!
Chaleil Emma 1ere ES 3 Lycée RIOM (63)

les echovores a dit…

L'auteur va analyser les avantages et les inconvénients de la démocratisation de l'école.
Points forts: un panorama des systèmes scolaires européens, souvent comparés au système français (intéressant).
L'auteur fait référence à des réalités économiques et sociales, comme par exemple la dévalorisation du diplôme et la réalité du chômage.
Le livre a donc une dimension plus large. L'utilisation de documents récents prouvant ce que l'auteur avance.
Points faibles: pas de réelle problématique, le lecteur peut parfois se sentir perdu (ennuyeux).
Cela s'explique par des passages parfois trop descriptifs.
Manque 'objectivité de l'auteur.
Vision au final assez pessimiste de l'éducation et du marché du travail en France. Les systèmes performants ont tendance à être à l'étranger.
L'ouvrage semble interessant mais je le trouve au final ennuyeux car l'auteur se perd trop souvent dans des descriptions trop longues. On ne sait plus quel était la question posée au début du chapitre. De plus, il se contente d'effectuer des constats sans proposer de réelles solutions.
Rudy Bazenet TES3 Lycée Virlogeux Riom (63)