jeudi 22 septembre 2011

Sociologie des prénoms

Sociologie des prénoms, Baptiste Coulmont, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011

9 commentaires:

Lycée de la Cotière a dit…

Ce livre ressemble plus à un compte rendu de multiples recherches qu’à une véritable réflexion sociologique… Or, je pensais plutôt retrouver une recherche plus personnelle de l’auteur. Sociologie des prénoms ne rempli pas vraiment les attentes des lecteurs lycéens. En effet, le thème et la manière de le traiter sont très éloignés des préoccupations des lycéens.
Quelques passages sont toutefois intéressants [clivage allemands et juifs, avant les lois anti-juifs, par le prénom, par exemple] mais restent trop peu nombreux pour contrebalancer la monotonie et la répétition de ce livre. Peut-être que les derniers chapitres du livre auraient pu se révéler plus intéressants mais la première moitié de l’œuvre décourage...
En quelque sorte, il n’y a pas de véritables enjeux (même informatifs) dans ce livre qui reste terne.

Noémie et Rémy

Georges Divianne a dit…

J'ai trouvé ce livre bien, très intéressant, clair et complet. Les arguments de l'auteur s'appuient sur des graphiques qu'il analyse avec précision ce qui facilite la compréhension et illustrent ses arguments. De plus, le livre est très bien construit et organisé, melant droit, histoire et sociologie.
Cependant, la premiere partie, consacré à l'état civil était ennuyante.

Lycée Van Gogh a dit…

Livre assez technique, très précis et court à lire.
Ce livre est très riche en informations. Cependant, ce livre possède des informations inutiles, mais qui peuvent être ignorées par le lecteur, exemple : p.81, Une enquête ethnographique sur les prénoms des Hmong. Ce type d’enquête ne convient pas à des lycéens, mais plutôt à des étudiants en prépas, master….
Sinon dans l’ensemble, il mérite d’être lu.

Olivier, Lesly et Agathe.

Lo-Iti a dit…

Ce livre de Baptiste Coulmont retrace les rôles bien particuliers qu’ont occupés les prénoms. Ainsi, avec des chapitres plus ou moins intéressant, il nous montre l’étude sociologique qu’il a effectuée.
Il commence avec le prénom et son lien direct avec l’état. Nous pouvons alors relever l’affaire Amirouche, qui est un exemple flagrant de la liaison entre le prénom et la nation. En effet, on observe en 1980 un député RPR s’indignait de la proposition du prénom Amirouche dans les suggestions que l’on faisait aux futures mères françaises. Ce prénom correspondrait en effet à un homme qui aurait fait « couler du sang français » durant la guerre d’Algérie. On voit donc ici le prénom comme une sorte de reflet de la nation, ce qui est aussi démontré dans un autre paragraphe avec la « francisation du nom ». Dans un deuxième chapitre, le sociologue montre l’effet de « mode » sur les prénoms (c’est à dire les variations de goût socialement déterminé). Il met par exemple en exergue le fait que les prénoms diffèrent selon les classes sociales. Ce qui nous amène à son troisième chapitre, dans lequel il rentre réellement dans le vif du sujet : la sociologie des prénoms. Ce chapitre se révéla être particulièrement intéressant, d’après moi, car on voit le prénom comme outils pour l’observation des origines aussi bien religieuses que géographiques des individus, même si cela tend à être de moins en moins vrai, particulièrement avec la sécularisation.
En définitive, ce livre m’est paru intéressant. Il est clair, détaillé, et répond aux diverses questions que l’on pouvait se poser quant aux prénoms. Cependant peut-être pouvons-nous penser qu’il intéresserait uniquement des personnes déjà curieuses de ce sujet, tout de même bien particulier. Il s’agirait en fait plus d’un compte rendu de recherches, que d’un livre qui répond à une problématique posée. Néanmoins, j’invite les personnes curieuses à lire ce livre, il m’a plusieurs fois étonné et m’a appris des choses que je ne soupçonnais pas quant à notre société.
Alice TES2, Lycée Marceau Chartres

lyceeidf a dit…

lecture difficile pour des élèves de première et de terminale car trop technique.Lycée idf

marie a dit…

Ce livre est très intéressant, développé et complet avec beaucoup de documents divers et variés qui illustre bien le propos. Néanmoins il est un peu difficile d'accès pour des lycéens même s'il ressemble à une grande dissertation avec des termes et notions très précises. On peut perdre le fil assez vite à cause de cette forme d'écriture cependant il reste un ouvrage très instructif.

Marie

marie a dit…

Ce livre est très intéressant, développé et complet avec beaucoup de documents divers et variés qui illustre bien le propos. Néanmoins il est un peu difficile d'accès pour des lycéens même s'il ressemble à une grande dissertation avec des termes et notions très précises. On peut perdre le fil assez vite à cause de cette forme d'écriture cependant il reste un ouvrage très instructif.

marie a dit…

Ce livre est très intéressant, développé et complet avec beaucoup de documents divers et variés qui illustre bien le propos. Néanmoins il est un peu difficile d'accès pour des lycéens même s'il ressemble à une grande dissertation avec des termes et notions très précises. On peut perdre le fil assez vite à cause de cette forme d'écriture cependant il reste un ouvrage très instructif.

fred.tamic a dit…

C'est un livre intéressant enrichi de graphiques et de tableaux qui aide à la lecture. Cet ouvrage est complet et court, il fait le tour du thème sans encombrer le lecteur d'informations inutiles. Néanmoins, il est parfois irrégulier: des passages lourds et difficiles précèdent des moments plus agréables. Il est possible de penser que le livre aborde un sujet qui ne présente pas un intérêt particulier. Cependant, l'auteur va au contraire chercher à monter que cette question des prénoms occupe une place centrale dans la société. En effet, chacun d'entre nous porte un prénom et celui-ci peut ou pas faciliter notre intégration à la société.
Manon et Rémi